r e v i e w s

Les ateliers d’été du Laboratoire espace cerveau à l’Institut d’art contemporain (IAC), Villeurbanne

par la rédaction

À Villeurbanne, l’Institut d’art contemporain (IAC) profite de la période estivale pour installer le Laboratoire Espace Cerveau dans la durée en proposant la première édition des ateliers d’été : un temps d’expérience et de recherche partagée qui explore un présent de plus en plus harassant dans le contexte de l’Anthropocène. Initié en 2009 par l’artiste Ann Veronica Janssens et la directrice de l’IAC Nathalie Ergino, ce laboratoire transdisciplinaire, collectif et transversal, s’intéresse aux recherches pratiques et théoriques liant espace, temps, corps et cerveau. Artistes et chercheurs se réunissent « avec l’intuition comme moteur, les imaginaires partagés comme fondement et l’échange collectif comme mode opératoire ». 

Vue de l’environnement lié à l’atelier de Béatrice Josse, Habiter les corps troubles / habiter la Terre – Les ateliers d’été du Laboratoire espace cerveau du 22 juin au 3 septembre 2023 à l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne – Ágnes Dénes, Manifeste, 1969 © Thomas Lannes

Depuis 2016, le Laboratoire Espace Cerveau étend son champ d’étude aux liens de coexistence essentiels qui unissent le vivant dans le but d’apprendre à reconstruire un monde commun à la fois humain et non humain. Il apparait urgent désormais de changer notre vision du monde face à ses bouleversements.

« Comment le nouveau régime climatique que nous traversons nous impose-t-elle une métamorphose de nos manières d’être au monde et comment nous enjoint-elle à l’action ? » interroge Nathalie Ergino. « Aussi, comment apprendre à nous transformer, soi-même et ensemble ? Comment initier cet apprentissage mutuel et collectif ? »
Se développant jusque-là par étapes qui prennent la forme de stations constituées en journées d’études aussi bien in situ à l’IAC qu’hors-les-murs, le Laboratoire Espace Cerveau propose cet été un nouveau format, plus ample et plus ouvert, censé favoriser des apprentissages mutuels et collectifs. Il se divise en quatre ateliers proposés par leurs créateurs. On tentera ainsi d’« habiter les corps troubles » et d’« habiter la terre » avec Béatrice Josse qui interroge la notion de réparation au sein du milieu artistique, de « ressentir les entités fragiles et subtiles » avec Sandra Lorenzi qui explore nos relations plurielles aux « esprits de la nature », de « réinitialiser les imaginaires » avec Pauline Julier et de s’interroger avec Thierry Boutonnier autour de la question : « cohabiter, dans quels horizons ? ». Une invitation faite à COAL, Coalition pour une écologie culturelle, complète la proposition. 

Programmés chaque été durant trois années, les ateliers se déroulent sur une journée aux horaires adaptés au changement climatique déjà perceptible – l’IAC est ouvert de 17h à 21h –, et sont composés de deux rencontres : la conversation et l’atelier à proprement parler. Lieu de création, l’IAC devient ainsi, le temps d’un été, un lieu de vie et de recherches partagés. Artistes, chercheurs, praticiens et acteurs de terrains, habitants, flâneurs et chercheurs en herbe, interrogent la création, les imaginaires et le sensible, comme autant de sources éventuelles de renouvèlement de nos perceptions et de nos modes de vie.

No Anger, Le masque du freak, Performance à l’IAC jeudi 24 juin 2023, dans le cadre de l’atelier de Béatrice Josse, Habiter les corps troubles / Habiter la terre © IAC
Vue de la conversation de l’atelier avec Pauline Julier, Réinitialiser les imaginaires, écologie des récits © IAC
Atelier Ressentir les entités fragiles et subtiles, avec Sandra Lorenzi © IAC

______________________________________________________________________________
Head image :   Vue de l’environnement lié à l’atelier de Béatrice Josse, Habiter les corps troubles / habiter la Terre – Les ateliers d’été du Laboratoire espace cerveau du 22 juin au 3 septembre 2023 à l’Institut d’art contemporain, Villeurbanne
Àngels Ribé, North – South – East – West, 1973
Collection 49 Nord 6 Est – Frac Lorraine
© Thomas Lannes


articles liés

Élodie Seguin à la BF15, Lyon

par Camille Velluet