r e v i e w s

François Morellet 5 × 3

par Aude Launay

Le Box, Fonds M-Arco, Marseille, du 24 mai au 20 septembre 2013

C’est au cœur d’une zone industrielle attenante au port de Marseille que l’on découvre, non sans surprise, le Box, impressionnant lieu d’exposition de mille mètres carrés et de presque six mètres sous plafond. Né d’une initiative privée — le fonds de dotation [1] M-Arco [2] créé en 2009 par Marie-Hélène et Marc Féraud, collectionneurs et membres fondateurs des Mécènes du Sud en 2003 — il accueille actuellement une très belle exposition de François Morellet réunissant des œuvres de ces quinze dernières années et d’autres, inédites, dont une série de wall drawings composés pour l’occasion. Exemple drolatique de l’humour de leur auteur, ces rectilignes Tamponnades évoquent malicieusement la tapenade, dans leur intitulé autant que dans leur couleur d’olive mûre. Reprenant une technique inaugurée par le Choletais en 1968, les bandes d’adhésif noires qui les composent sont positionnées au mur d’après différentes applications sur papier d’un tampon créé par l’artiste, des tamponnages, donc. Agrandis, ces motifs de lignes parallèles formant des carrés se superposant, se combinant, s’interférant, exemplifient parfaitement les principes systématiques à l’œuvre chez Morellet sans oublier l’indispensable hasard, qui donne à ces quatre jeux de lignes s’entremêlant de trois manières différentes une impression d’infinité. Y répond une série de trois autres pièces sur le mur adjacent : L’impitoyable confrontation des horizontales et des verticales, n° 1, 2 et 3 (2012). Contrastant par sa matière — des plaques de tôle vernies de cent vingt kilos chacune —avec la légèreté et l’éphémérité des Tamponnades, ce triptyque énonce quant à lui plutôt l’implacabilité d’une équation que mille possibilités. Plus loin, Double sens, n° 1, 2 et 3 (2012), trio de tableaux lui aussi inédit, formé de néons blancs sur toiles triangulaires semble, malgré ses verticales et ses horizontales surlignées de lumière, virevolter au mur. Trois sculptures monumentales et trois autres tableaux tous inspirés par les décimales de pi, nombre fétiche de l’artiste, complètent mathématiquement le display ; l’exposition a en effet pour titre « 5 x 3 », pour cinq familles d’œuvres représentées chacune par trois occurrences. Comme à son habitude, Morellet joue les grammairiens et propose avec ces déclinaisons une facétieuse tentative d’épuisement de son vocabulaire élémentaire.

  1. Un fonds de dotation est un outil de financement du mécénat créé en 2008 qui combine les atouts de l’association loi de 1901 et de la fondation d’entreprise avec une certaine souplesse.
  2. Outre ses activités d’exposition, le fonds accueille dorénavant des artistes en résidence ; c’est l’autrichien Florian Schmidt qui en a inauguré le programme cette année.

articles liés

Des Mondes aquatiques #2

par Vanessa Morisset

Liz Magic Laser

par Raphael Brunel