r e v i e w s

Coulisses

par Patrice Joly

Frac Aquitaine, Bordeaux, du 24 mai au 31 août 2013 *

Pas simple d’apporter des solutions originales quand on se retrouve invité à créer une scénographie destinée à mettre en lumière la richesse de la collection du Frac Aquitaine (plus de mille cent pièces) dans le cadre du trentième anniversaire de ladite institution : c’est pourtant le challenge qu’a dû relever Olivier Vadrot, architecte-scénariste-designer de son état, à l’invitation de Claire Jacquet, la directrice des lieux. Pas simple non plus lorsque le Frac en question est situé dans une zone chargée – au niveau du paysage urbain s’entend – et qu’il s’apprête à faire ses valises pour déménager vers de nouveaux locaux flambant neufs qui regrouperont diverses agences culturelles de la région à l’horizon 2017 ; qu’en plus l’espace d’exposition est configuré de manière bien particulière à savoir que, niché dans un ancien hangar – modeste friche à l’échelle de la zone portuaire qui en compte d’immenses – il possède des réserves ouvertes qui s’offrent à la vue des visiteurs à l’issue de leur parcours… Pas simple donc et c’est pour cela qu’Olivier Vadrot s’en tire plutôt bien avec sa proposition. L’idée de ce dernier est toute simple : il a fait installer une série de rideaux concentriques qui redécoupent l’espace et initient un nouvel itinéraire (un « dédale » selon ses dires) plus ou moins laissé à la guise des visiteurs ; la conjugaison de la circularité des rideaux et de la découpe des lieux crée des culs-de-sac et improvise de nouveaux espaces qui sont autant de salles d’exposition miniatures. Le dispositif accentue la théâtralisation du lieu en y amenant une dimension scénique supplémentaire. Enfin, cet agencement concentrique et centripète crée un léger suspense quant à savoir quelle sera la dernière œuvre, celle qui aura pour mission de clore cette histoire (nous ne donnerons pas ici la clé de l’énigme pour lui conserver sa pleine dimension de surprise). Il faut avouer que le dispositif fonctionne plutôt bien (les rideaux « coulissent » également bien, ce qui était la moindre des choses pour cette proposition) et l’on sent que le scénographe-curateur a pris bien du plaisir à effectuer la sélection des pièces, avec l’aide de Claire Jacquet. Bien sûr, il ne faut pas s’arrêter au dispositif, qui, aussi ingénieux soit-il, permet de présenter un ensemble d’œuvres convaincant et de montrer une fois de plus la richesse des collections du Frac. Il est difficile de discerner dans ce « florilège » d’œuvres une quelconque tendance même si la qualité d’architecte et de designer d’Olivier Vadrot transparaît à travers certains de ses choix : le fameux Rhombicuboctaèdre de Raphaël Zarka, Constellation Alba II d’Imi Knoebel, Floating Minds de Florence Doléac, Teapot de Karina Bisch et surtout Banister with wall de Juan Muñoz sont toutes des pièces qui dialoguent fortement avec ces deux disciplines. On a l’impression d’avoir affaire par ailleurs à une pioche jubilatoire à travers les trésors du Frac dans l’idée d’en extraire de véritables bijoux trop rarement vus car trop rarement présentés, à l’instar du Jim Shaw au titre désespérément étiré : A striped stain painting that zig zagged from the ceiling of Praz-Delavallade widening into a 60 car grille on the floor (…) de 1998 qui est déjà un mini-récit à elle toute seule. Pour le reste, l’on peut qualifier l’ensemble d’éclectique puisqu’il parcourt un très large spectre qui va de Robert Filliou à Serge Comte, de Thomas Ruff à Pierre Vadi, en passant par On Kawara et Hugo Pernet avec parfois des rapprochements pour le moins saisissants comme celui du magnifique portrait de Lisa Lyon par Robert Mapplethorpe côtoyant la non moins sémillante version Newtonienne du même modèle, la même année, démontrant toute la richesse de cette collection « régionale ».

  • * Avec les œuvres de : Allora & Calzadilla, Manuel Àlvarez Bravo, Diane Arbus, Karina Bisch, Xavier Boussiron, Ulla von Brandenburg, Harry Callahan, Claude Closky, Serge Comte, Laurent Derobert, Florence Doléac, Robert Filliou, Katharina Fritsch, Jane Harris, Ann Veronica Janssens, On Kawara, Gunilla Klingberg, Imi Knoebel, Jeff Koons, Claude Lévêque, Richard Long, Robert Mapplethorpe, Joachim Mogarra, Juan Muñoz, Helmut Newton, Dennis Oppenheim, Présence Panchounette, Hugo Pernet, Navin Rawanchaikul et Rirkrit Tiravanija, Thomas Ruff, Jim Shaw, Reena Spaulings, Tatiana Trouvé, Pierre Vadi, Didier Vermeiren, Jessica Warboys, Raphaël Zarka.

articles liés

Honey, I Rearranged The Collection

par Ingrid Luquet-Gad

Fayçal Baghriche

par Alexandrine Dhainaut