White Cube de Brian O’Doherty

par Benedicte Ramade

White Cube, l’espace de la galerie et son idéologie
Brian O’Doherty

Enfin ! Quelque trente-deux ans après avoir été publiés dans Art in America, les textes de Brian O’Doherty aka l’artiste Patrick Ireland sont enfin traduits et publiés en français. Le Graal est là, cinq chapitres d’une limpidité exemplaire, d’un style à nous filer des complexes et d’une clairvoyance rayonnante, restée intacte et diablement pertinente. Tout sur le white cube, son ego, ses failles, les coups de boutoirs répétés, son avènement : « Notes sur l’espace de la galerie », « L’œil et le spectateur », « Le contenu comme contexte », « La galerie comme geste » se révèlent des analyses fondamentales. Et au détour des pages de découvrir les œuvres oubliées d’un William Anastasi et les micro-paintings d’un ancien journaliste sportif et politique, Gene Davis.
Dans ce White Cube, tout est décidément bon et il va s’imposer comme un essentiel, en clarifiant ce que tout le monde croit comprendre et qui est redevenu le refuge naturel des artistes, ce bon vieux cube blanc. On a beau pester contre lui, il est resté un incontournable étalon de l’art contemporain. BR

Brian O’Doherty, White Cube, l’espace de la galerie et son idéologie. Édité par Patricia Falguières. Textes de Patricia Falguières et Brian O’Doherty. Édition française, 14,5 x 22,5 cm (broché), 208 pages (26 ill. n&b), 19,50 euros, éditions jrp/Ringier, 2008.

  • Partage : ,
  • Du même auteur :

articles liés

Mon Nord est ton Sud

par Aude Launay

Jean-Pascal Flavien

par Patrice Joly

Bob Nickas par Vincent Pécoil

par Vincent Pecoil