Amy O’Neill au Centre Culturel Suisse

par Celine Kopp

Amy O’Neill, Forests, Garden and Joe’s au Centre Culturel Suisse de Paris.
Georges Henri Rivière le rappelait en 1975 (1) : la question de l’art populaire est un problème, à moins que l’on nomme ‘art populaire’ la politique, l’économie, l’organisation sociale et en général la culture. Le fondateur du premier musée d’identité nationale française, surnommé le ‘Louvre du peuple’ ne s’y trompait pas, et ce, bien avant que cette notion identitaire ne trouve sa connotation actuelle. Le folklore et les formes de l’art populaire sont toujours liés au contexte complexe de la société qui les génère. Ce constat nourrit la pratique de l’artiste Amy O’Neill, dont les œuvres récentes sont exposées au Centre Culturel Suisse. Avec un mélange de candeur et de paranoïa, celle-ci explore depuis une dizaine d’années les mécanismes sous-jacents à la transmission et à la construction identitaire, ainsi que leur cristallisation dans des formes ou des objets spécifiques. L’enfance, les souvenirs, la famille, la question de l’authenticité, de l’origine, et la façon dont l’individu se construit en lien à un groupe constituent des éléments récurrents dans son travail. Ayant grandit en Pennsylvanie, O’Neill utilise son expérience et revient sur les lieux de souvenirs idylliques pour inscrire ceux-ci dans un contexte culturel et historique plus vaste, celui d’une société américaine nourrie de mythes et d’icônes.

image extraite de la vidéo Forest Parc Forest Zoo (2011) courtoisie l’artiste

Le film ouvrant l’exposition, Forest Park Forest Zoo (2010), se situe dans un parc d’attractions pour enfant. L’artiste évoque ce lieu comme celui de sa première introduction à la culture. Le film offre une visite du parc, aujourd’hui abandonné et envahi par la nature, dans une atmosphère post-apocalyptique et angoissante, soulignée par la bande son du groupe Orphan (signifiant ‘Orphelin’). Le montage des images photos et vidéo s’accorde au rythme des cris et de la batterie, procurant à ce lieu statique l’intensité narrative d’un film d’horreur de série Z ou d’un cauchemar. La vision qu’O’Neill nous propose de l’endroit, autrefois un zoo recréant des contes pour enfant, mêle nostalgie et mise en évidence de l’échec d’un discours culturel construit et rarement innocent. La nature et l’authenticité recréées, souvent idéologiques et mythiques, occupent une place centrale dans l’exposition. L’œuvre Deconstructing 13 Stripes and a Rectangle (2011) rappelle que politique et jardinage peuvent être liés : des sacs de jute posés au sol recréent les 13 lignes et le rectangle du drapeau américain. Mettant en parallèle le sac à patates avec une évocation des tranchées, ce drapeau se réfère aux « Victory Garden », programme de propagande qui, lors de la première et de la seconde guerre mondiale, incitait les civils à cultiver leur propre jardin pour l’effort de guerre. En période de crise politique, on observe souvent un retour aux grands récits et à leur valeurs fondamentales : la terre et la jeunesse, souvent très blanche et porteuse d’espoir. Les sacs de pommes de terre d’O’Neill portent le V d’une victoire dont la fourche est l’instrument. Devant ce jardin s’élève la façade d’un pavillon type de banlieue américaine dont le fronton est orné d’un aigle. Aux murs, des dessins au fusain montrent des charrues paraissant plus proches de machines de guerre qu’annonciatrices d’un éden bucolique. L’épouvantail de ce jardin rappelle qu’il faut défendre son territoire face aux ennemis. Si l’art populaire reflète souvent la société qui le produit, O’Neill souligne que ses expressions les plus fantastiques relèvent aussi des individus et de leurs obsessions. La vidéo Joe’s (2011), offrant la visite d’un bar de Pennsylvanie dont le décor mêle galerie d’animaux empaillés et tabourets en pattes d’éléphant, en est la parfaite illustration. La voix traînante du chanteur folk Michael Hurley accompagne la visite avec sa chanson du « Loup Garou ». Lorsqu’il est question de folklore, les apparences ne sont pas toujours ce qu’elles sont… O’Neill le souligne encore avec ses dessins de chalets suisses surplombant la sortie de l’exposition. Bois ? Non, béton habillage tradition.
(1) Discours de Georges Henri Rivière à l’occasion de l’ouverture de la Galerie culturelle du MNATP élaborée avec le concours de Claude Lévi-Strauss.

 

Du 6 mai au 17 juillet 2011, Centre Culturel Suisse, 32-38, rue des Francs-Bourgeois 75003 Paris.

  • Partage : ,
  • Du même auteur :

articles liés

La Surface de la Côte Est…

par Catherine Macchi

David Caille

par Camille Azais